Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 06:25

Voici une oeuvre originale de Lilian Jackson Braun qui a écrit la série des livres "Le chat qui..."

Vous pouvez en retrouver plusieurs dans la rubrique "lectures".

 

L'originalité de cet exemplaire est qu'il ne raconte pas l'histoire de Qwilleran et de ses chats détectives...

 

Non, nous en sommes aux prémices, mais ces histoires sont à leur façon passionnantes!

 

Couverture du livre "Le chat qui racontait des histoires"

Couverture du livre "Le chat qui racontait des histoires"

Plusieurs nouvelles se succèdent pour vous faire vibrer, craindre, rire, vous révolter, vous émouvoir, vous attrister...

Bien sûr, chacune a un chat pour héros...

 

"Le péché de Mme Phloi" remporta aux États-Unis le prix de la meilleure nouvelle policière en 1962.

 

Les plus perspicaces retrouveront quelques détails des autres livres...

 

J'ai beaucoup aimé lire l'histoire de la chatte Pompette qui donna son nom à un restaurant fréquenté par Qwill...

 

Je recommande fortement ces nouvelles aux amoureux des chats, de Qwilleran et aux autres!

 

#Lechatquiracontaitdeshistoires #LilianJacksonBraun #chat #Pompette #Miaouh

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures Chat-alors!
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 09:29

Calpurnia a 11 ans et vit aux Etats-Unis en 1899. L'été est là avec sa chaleur écrasante qui ne dispense pas des obligations dévolues à la seule fille de la maison: couture, cours de piano...

 

Mais Calpurnia se découvre une passion grâce à son grand-père retraité: le naturalisme. Ensemble, ils parcourent la nature des alentours à la recherche de spécimens de plantes, d'insectes et d'animaux et étudient soigneusement leurs trouvailles.

Couverture du livre "Calpurnia" de Jacqueline Kelly

Couverture du livre "Calpurnia" de Jacqueline Kelly

La récolte de coton bat son plein et la mère de Calpurnia veille à ce que cette jeune fille de bonne famille participe, elle aussi, aux efforts de cette activité familiale.

Calpurnia ne supporte plus ses obligations et se met à rêver d'un autre destin...

 

J'aime beaucoup ce récit qui, sur un ton léger, nous montre la vie d'une très jeune fille et de sa famille au 19ème siècle aux Etats-Unis...la vie dans la bonne société, les frasques des 6 frères bien différents (Harry qui cherche une épouse, Travis qui adore les animaux), la condition de la femme à cette époque (moi aussi, j'aurai préféré courir la campagne que faire de la broderie!), l'humour décalé du grand-père, l'évolution scientifique (Darwin est passé par là)...

 

Un vrai récit rafraichissant, à la fois historique, familial et initiatique...Car Calpurnia s'est trouvé un but...

 

Extraits:

"La bibliothèque était le domaine réservé de grand-père, au point que même mes parents n'y allaient que rarement. SanJuanna avait le droit d'épousseter une fois par trimestre. Bon-papa en fermait généralement la porte à clé. Ce qu'il ne savait pas, c'était que quand par hasard il n'y avait pas d'adultes dans les parages, mes frères se faisaient la courte-échelle pour passer par la petite fenêtre arrondie au-dessus de la porte".

 

"Un petit coup frappé doucement à ma porte interrompit mes projets. Etait -ce mère qui venait me réprimander, ou Harry qui venait me sauver? Aucun des deux. C'était Travis, celui de dix ans, qui serrait dans ses bras un des chatons de la dernière portée, auxquels il n'avait donné que des noms de bandits, de hors-la-loi, et de personnages de mauvaise réputation."

 

#Calpurnia #JacquelineKelly #EtatsUnis #Texas #19èmesiècle #naturalisme #Darwin #conditiondelafemme #destin

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 00:41

Et voilà, le dernier tome est arrivé...Plus court que les autres et qui me fera regretter qu'il en ait pas d'autres...

 

Cette histoire fut retrouvée dans les affaires de la fille de Laura et Almanzo, Rose.

Ces propos n'ont pas été retravaillés et c'est ce qui explique le changement de ton, plus direct, de cette histoire.

 

Laura et Almanzo rencontrèrent de nombreuses difficultés dans les 4 premières années de leur mariage et Laura y consacra un chapitre par année.

Couverture du livre "la petite maison dans la prairie, tome 8: les jeunes mariés"

Couverture du livre "la petite maison dans la prairie, tome 8: les jeunes mariés"

La 1ère année:

Laura revient sur son mariage et le récit est bien moins romantique que celui qui figure dans le livre précédent...Laura explique qu'elle ne souhaitait pas être femme de fermier, car la vie est trop dure...Elle accepta cette union sous conditions!

Elle connait ses premiers devoirs et doit, notamment, cuisiner pour les ouvriers de la ferme. Laura et Almanzo perdront leur première récolte à cause de la gréle...alors que Laura attend un bébé.

 

La 2nde année:

Laura accouche d'une petit fille appelée Rose.

Almanzo et elle-même se voient proposer un stupéfiant échange par leurs plus proches amis.

La sécheresse fait son grand retour.

 

La 3ème année:

Laura attrape la diphtérie qu'elle transmet à Almanzo. Ce dernier en gardera des séquelles pendant plusieurs mois.

Le cousin de Laura, Peter, vient s'installer chez eux et ils se lancent, ensemble, dans l'élevage de moutons.

 

La 4ème année:

Laura et Rose survivent à l'incendie qui ravagent leur maison.

Le troupeau grandit tranquillement.

Laura, qui n'a jamais renoncé à ses balades en traineau, emmène maintenant sa fille avec elle.

 

On pourrait se dire que cette succession de drames leur entamerait le moral, mais le livre se termine sur "l'optimisme du fermier" qui plante en espérant toujours une nouvelle et belle récolte.

Je me dis que c'est la foi en des jours meilleurs qui ont porté ces gens toute leur vie.

 

J'aurai aimé en savoir plus encore sur cette famille, tant sa véritable histoire m'a passionnée.

 

Que sont-ils devenus?

Laura et Almanzo partirent dans le Missouri et vécurent dans la même maison jusqu'à la fin de leur vie, à 90 et 92 ans! Cette maison abrite, de nos jours, un musée qui leur est consacré.

Leur fille Rose devint journaliste et écrivain.

 

Je sais qu'il existe en anglais un dernier livre "Pioneer Girl" jamais traduit (notamment en raison de la dureté de la vie de ces pionniers, bien loin du rêve américain) et je me mets à sa recherche...

 

#LauraIngallsWilder #AlmanzoWilder #RoseWilder #lapetitemaisondanslaprairie #lesjeunesmariés #pionniers #EtatsUnis #avoirlafoi #carpediem

 

 

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 06:36

Laura part prendre son premier poste d'institutrice dans un village éloigné des siens.

Elle est hébergée dans une famille qui est, hélas, bien différente de la sienne.

Elle découvre les joies et les difficultés de l'enseignement.

Elle sait qu'elle ne reverra pas sa famille avant plusieurs mois, le chemin étant trop dangereux l'hiver pour que son père puisse venir la chercher.

 

Mais sa famille a besoin de son salaire, ne serait-ce que pour payer les frais de scolarité du collège pour aveugles de Marie.

 

 

Couverture du livre "La petite maison dans la prairie, tome 7: ces heureuses années"

Couverture du livre "La petite maison dans la prairie, tome 7: ces heureuses années"

Le vendredi soir, juste à la fin de la classe, Laura reconnait avec surprise les clochettes du traineau de M. Wilder qui vient la chercher pour la raccompagner chez ses parents...

 

Il viendra toutes les semaines, même après que Laura lui ait dit qu'il ne devait rien attendre en retour...

 

Après être rentrée définitivement dans son village, Laura constate que nombre de ses amies occupent leur temps libre à faire du traineau avec des jeunes hommes.

 

Laura et Almonzo reprennent leurs balades en traineau, même lorsqu'Almanzo change de chevaux et que bien des hommes refusent de s'approcher des nouveaux.

Mais Laura n'a pas peur d'eux et aidera à les dresser.

 

La fin de ce roman est très romantique...Almanzo a réussi à apprivoiser Laura qui était une jeune fille aux idées assez avancées pour l'époque...Mais je me dis que sans Nellie Oleson, ces deux là ne se seraient peut-être pas mariés!

 

#LauraIngallsWilder #lapetitemaisondanslaprairie #cesheureusesannées #AlmanzoWilder #mariage #NellieOleson #pionniers #EtatsUnis

#lesfemmessontcommeleschevauxilfaut leurparleravantdeleurpasserlabride

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 00:38

Les Ingalls se remettent du terrible hiver qu'ils ont connu.

 

Charles travaille comme charpentier en ville et Laura trouve son premier emploi en tant que couturière.

Grâce à l'argent gagné, Marie part étudier dans une école pour aveugles. C'est la première fois que les soeurs sont séparées et Laura ressent durement ce départ.

 

Couverture du livre "la petite maison dans la prairie", tome 6, La petite ville dans la prairie

Couverture du livre "la petite maison dans la prairie", tome 6, La petite ville dans la prairie

Laura et Carrie font la rencontre de leur nouvelle institutrice, Mlle Wilder, la soeur d'Almanzo.

Hélas, elles retrouvent également leur grande ennemie, Nelly Oleson, dont la famille recommence une nouvelle vie, après avoir tout perdu...

 

Les plaisirs de la ville se multiplient: société littéraire, représentations diverses, repas entre amis...

 

Laura se transforme en une véritable jeune femme et je souris lorsque je lis qu'elle se cherche un style vestimentaire...

 

Laura se voit proposer un emploi d'institutrice dans une ville éloignée ce qui la fera se séparer de sa famille...

Elle accepte ne pouvant renoncer à ce salaire qui servira, notamment, à payer le collège de sa soeur...

 

J'admire la force de caractère de cette toute jeune fille...et aussi sa naïveté, car elle ne comprend pas pourquoi le "jeune monsieur Wilder" lui demande la permission de la raccompagner chez elle après la messe...Ses parents ont compris, mais ne lui en parle pas...

 

#Lapetitemaisondanslaprairie #LauraIngallsWilder #NellyOleson #pionniers #EtatsUnis

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 00:00

Voici, enfin, la suite des véritables aventures de la famille Ingalls!

Si vous vous demandez pourquoi il s'est écoulé autant de temps avec la lecture des tomes précédents, c'est parce qu'en bonne Pierrette que je suis, j'ai du attendre un certain moment avant de réussir à emprunter à la bibliothèque ce tome-ci...

 

Bref, dans le précédent livre, nous avons fait la connaissance d'un certain Almanzo...

Dans celui-ci, nous retrouvons la famille Ingalls dans sa concession au bord d'un lac dans le Dakota.

Couverture du livre "la petite maison dans la prairie, tome 5, Un hiver sans fin

Couverture du livre "la petite maison dans la prairie, tome 5, Un hiver sans fin

Le père s'occupe des travaux de champ et c'est en envoyant Laura en ville qu'il permettra la rencontre avec Almanzo, occupé lui aussi aux travaux des champs, avec son frère.

 

L'été est très chaud, mais le blizzard arrive de bonne heure et un Indien prédit que l'hiver durera 7 mois...Alors la famille part s'installer dans la maison, mieux isolée, qu'elle possède en ville.

Laura et Carrie découvre l'école et leurs nouveaux camarades de classe.

 

Hélas, les difficultés s'enchainent: blocage des trains livrant les marchandises, tempêtes de neige interminables...La nourriture touche à sa fin et ils sont obligés de brûler du foin pour se réchauffer...

 

Bien qu'il soit lui-même à l'abri du besoin, Almanzo décide de partir à la recherche d'un stock de blé afin de nourrir les villageois...

 

J'ai, encore, été agréablement surprise par la solidarité entre colons...et attristée par les conditions de vie des Ingalls...Je me dis que je n'aurai pas survécu longtemps...Ces gens ont connu les maladies, la faim, le froid ...et ils sont décédés à un âge avancé, incroyable!

Les animaux, notamment les chevaux, sont nécessaires à leur survie...et aujourd'hui, nous n'en avons plus besoin...

 

Pour moi, ce tome est le plus triste de tous...Même s'il s'achève sur une fête de Noël en mai!

 

Mais heureusement, des jours meilleurs s'annoncent!

 

#Lapetitemaisondanslaprairie #LauraIngallsWilder #Unhiversansfin #pionniers #EtatsUnis

 

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 00:34

Victor Cobus est la caricature du trader à qui tout réussi: argent à gogo, petite amie hystérique, propriétés luxueuses... et il a même du succès en tant qu'écrivain!

 

Sa vie dérape une nuit où il ne supporte pas d'être bloqué par une voiture sur la route...Et se retrouve en prison à Fleury-Mérogis, avec une longue peine qui lui pend au nez...

Couverture du livre "Du danger de perdre patience en faisant son plein d'essence", Pascal Martin

Couverture du livre "Du danger de perdre patience en faisant son plein d'essence", Pascal Martin

Il découvre le milieu carcéral et surtout ses règles impitoyables...

 

Le caïd local l'ayant pris en grippe, les gardiens lui "proposent" un marché: leur protection contre le fait qu'il fasse fructifier leurs économies...à un moment où le marché est au plus bas...

 

Extrait:

"-Ne vous en faites pas, Monsieur Cobus. Tant que vous êtes dans les petits papiers du chef, Sid ne vous touchera pas.

-Il craint le chef?

-Oui. Et le chef le craint. Ils ont besoin l'un de l'autre.

J'étais sidéré."

 

J'ai trouvé cette histoire très originale...Le milieu de la prison est décrit sans faux-semblant...de quoi vous donnez envie de ne pas y aller et de quoi halluciner sur les pratiques en cours...

 

La fin est un peu convenue, mais ça me plait!

 

#Dudangerdeperdrepatienceenfaisantsonpleindessence #PascalMartin #VictorCobus #prison #FleuryMerogis #trader #Etlematonteguette

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 08:21

Voici revenu le temps des lectures classiques...

 

Dans ce livre, Colette raconte sa jeunesse, en de courtes nouvelles.

Couverture du livre "La maison de Claudine" de Colette

Couverture du livre "La maison de Claudine" de Colette

On y retrouve des thèmes récurrents: l'amour parental et filial, la vie du village, les chats, les chiens, les livres, la nature...

 

J'ai lu tous les livres de Colette et je me régale de ces moeurs d'une autre époque, du langage utilisé et de son sens de l'humour:

 

"-Madame, Bellaude est rentrée.

-Avec cinq petits chiens?

-Non, Madame, avec un grand.

-Ah! mon Dieu! Où-est-il?

-Là, Madame, sur le talus.

Oui, il est là, et je me souviens, avec un soupir de soulagement, que la chanson dit: "Il faut des époux assortis"...Celui qui attend Bellaude est un dogue d'Ulm, au regard obtus, passif sous son collier et sa muselière de cuir vert, et aussi lourd, aussi large, aussi haut -le hasard soit loué- qu'un veau".

 

#Colette #LamaisondeClaudine #Claudine #nostalgie #femme #écrivain #chat #chien #campagne

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 00:07

Tout d'abord, le titre de ce livre m'a intriguée, car il ressemble fort à l'un que je possède déjà intitulé "Ces petits riens qui changent tout" de Susan et Larry Terkel.

 

Cependant, le contenu est bien différent, celui-ci est à la fois plus généraliste, plus orienté sur des exercices (le bien-être de façon générale "pour aller mieux chaque jour" comme l'indique le sous-titre) et plus précis quand aux conseils et outils à utiliser.

Couverture du livre "Ces petits riens qui changent la vie" d'Anne-Marie Filliozat et Dr Gérard Guasch

Couverture du livre "Ces petits riens qui changent la vie" d'Anne-Marie Filliozat et Dr Gérard Guasch

J'ai particulièrement apprécié que les chapitres soient courts, posent des questions précises en introduction et se terminent par des exercices tout aussi succincts et simples.

Enfin, il y a toujours un résumé du chapitre avec les points essentiels.

 

La lecture est facile et agréable et j'y ai retrouvé plusieurs exercices de mon cours de relaxation.

 

Cela m'a, aussi, permis de prendre du recul sur certains points...Les situations auxquelles on ne peut rien changer par exemple et qui ont tendance à m'user...pour rien!

 

Bref, ce fut une lecture utile et agréable dont il faut retenir les bonnes pratiques!

 

 

 

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 23:53

Après "l'homme qui voulait être heureux", j'ai voulu lire un autre roman de Laurent Gounelle.

 

Au hasard, j'ai choisi celui-ci :"Dieu voyage toujours incognito".

 

Tout d'abord, il n'est nullement question de religion dans ce livre. Le titre est un clin d'oeil à une citation d'Einstein "le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito".

 

J'ai apprécié ce livre et en même temps, il m'a mise mal à l'aise...

Couverture du livre "Dieu voyage toujours incognito" de Laurent Gounelle

Couverture du livre "Dieu voyage toujours incognito" de Laurent Gounelle

Alan tente de se suicider et est sauvé, au dernier moment par M. Dubreuil, en échange...de la promesse de faire tout ce qu'il lui demandera....

 

Forcément, Dubreuil me fait penser au diable...Il est riche, vit apparemment dans une certaine forme de luxure et impose à Alan des défis pour qu'il se fasse violence...pour qu'il repousse ses limites.

 

Et les limites d'Alan sont parfois les miennes, les vôtres...Que le premier qui n'a pas peur du regard des autres me jette le premier magazine people à la tête!

Voici, par exemple, ce qui semble impossible à Alan: amener tous les jours un magazine au bureau...Il est vrai que l'on a peur du qu'en dira t-on, mais quelle importance au fond?

 

Le défi de partir plus tôt du bureau m'a carrément stressée...moi qui ne sait pas le faire sans avoir mauvaise conscience...

Quant à se réconcilier avec la voisine acariâtre...Je ne l'imagine même pas avec mes voisins (au choix, le sourd ou le bricoleur)...

 

S'opposer aux autres est difficile pour Alan, comme pour moi...une question d'éducation de caractère...Pourtant, j'en connais plein qui le font (et d'autres qui sont carrément cons!) et ils s'en portent bien...

 

Les liens entre Alan et son mentor se resserrent peu à peu...Cela devient un véritable polar...

 

Mais je vous laisse deviner la fin et réfléchir sur vos propres limites...

 

#Dieuvoyagetoujoursincognito #LaurentGounelle #déterminisme #développementpersonnel #limites #reprendresaliberté

 

Repost 0
Publié par Pierrette Richard - dans Lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierrette Richard
  • Le blog de Pierrette Richard
  • : Humour, poisse, anecdotes, citations, lectures et bons plans!
  • Contact

Mes communautés

J'ai créé les communautés "humour, poisse et rires" pour rassembler les poissards optimistes et "concours et défis" pour faire connaître nos challenges, jeux, concours...

Je fais également partie de "Citations", "Embellissons nous la vie", "Livres Ô Blog" et "M'dame Touchatout".

A bientôt sur l'une ou l'autre!

Recherche